Après le trou d’air du Covid, la France drague à nouveau les touristes chinois

la France drague à nouveau les touristes chinois

A sept mois des Jeux olympiques 2024 à Paris, la France compte bien rallumer la flamme chinoise. Olivia Grégoire, ministre déléguée en charge du Tourisme, se rend à dessein à Shanghai le jeudi 4 janvier, puis à Harbin le lendemain.

Ce sera l’occasion d’inaugurer l’année franco-chinoise du tourisme culturel, qui se traduira par une programmation culturelle dans les deux pays. 2024 marque également le soixantième anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la Chine. Surtout, la France compte se positionner comme destination étrangère de choix.

A partir du mois de février 2023, Pékin a graduellement rouvert ses frontières, après un long isolement du fait de la pandémie. Depuis, le trafic aérien international a redécollé sur la pointe des pieds. 

Les freins de l’aérien et des visas

Il faudra patienter avant de renouer avec le cap des deux millions de touristes chinois accueillis en France en 2019, représentant plus de 3.5 milliards d’euros de recettes. « Revenir à un chiffre équivalent à 2019 est notre objectif à long terme », a précisé le cabinet d’Olivia Grégoire lors d’un point presse mardi. En 2023, le seuil du milliard d’euros de recettes aurait été dépassé.

Les liaisons aériennes entre les deux pays ont très partiellement repris, dans les deux sens. Air France assure depuis l’été dernier 14 rotations hebdomadaires vers la Chine continentale, contre 32 avant la pandémie. Mais l’interdiction de survol de la Russie allonge le temps de vol de plus de deux heures.

Les difficultés d’obtention des visas représentent un autre frein bien identifié. Il est d’ailleurs question de rouvrir des centres de délivrance de visas dans l’empire du Milieu et de baisser « les coûts du service », ajoute le cabinet.  

La sécurité en jeu

Olivia Grégoire et sa garde rapprochée doivent également rassurer au niveau de la sécurité. Les émeutes urbaines à Paris en 2023, les attaques terroristes, et des touristes chinois dépuillés devant leur hôtel avant la pandémie ont laissé des traces. Afin de recréer un climat de confiance, Paris compte vanter le succès sécuritaire de la Coupe du monde de rugby. Par ailleurs, la ministre ne manquera pas de rappeler la mobilisation de 35 000 policiers et gendarmes pendant les Jeux olympiques et paralympiques de Paris.

Lire l’article complet sur : https://www.lechotouristique.com/article/apres-le-trou-dair-du-covid-la-france-drague-a-nouveau-les-touristes-chinois