Parce que le tourisme, « c’est quand même de l’économie ! »

Extrait de l'article du rédigé par etourisme.info, relayé par Stratégie Hôtel.

La consommation hyperlocale de ces derniers (longs) mois a surtout vu l’explosion de la demande de randonnées. Une directrice d’un OT belge me confiait récemment que son office avait connu une croissance de 170% des ventes de cartes de randonnées par rapport à la période pré-Covid19 ! Il est vrai que la consommation touristique est devenue compliquée pour le client: difficulté de se restaurer, impossibilité de boire un verre entre amis dans un bistro, lieux de visites fermés,… Bref, la randonnée s’est imposée comme « valeur refuge » comme on dit dans les cénacles économiques. Le problème, c’est qu’un touriste qui se balade sur nos sentiers, ce n’est pas forcément un touriste qui contribue à l’économie touristique; c’est même parfois tout l’inverse quand certains sites naturels sont pris d’assaut par des visiteurs peu scrupuleux qui laissent les lieux dans un état pitoyables: masques usagés, déchets divers, fragilisation de la faune et de la flore. Tout cela a un coût supérieur aux bénéfices. Si un OT peut se réjouir des statistiques de fréquentation sur son territoire par les randonneurs (parfois même exclusivement des locaux, l’OT faisant ainsi davantage office de comptoir des loisirs que de lieu de conseil touristique), il est intéressant de voir fleurir des initiatives qui arrivent habilement à combiner expérience « rando » et consommation de produits locaux. C’est l’objet de ce billet dans lequel je vous propose de découvrir quelques concepts made in Belgium qui, à n’en pas douter, ont probablement aussi leurs équivalents en France.

(…)

>>> Continuez à lire l'article complet sur etourisme.info